Colloque « poésie et espaces publics », Louvain la Neuve le 27 et 28 avril 2015

10 avril 2015

intérêts divers

Poésie et espaces publics : formes, lieux et pratiques aux XXe et XXIe S
Colloque international, 27 et 28 avril 2015 à Louvain-la-Neuve

La poésie trouve au long des 20e et 21e siècles une inscription grandissante dans l’espace public, sous des formes anciennes et nouvelles dont l’inventaire et l’exploration systématiques méritent d’être entrepris. Cette visibilité croissante se situe à la croisée des arts. Dans l’espace public, que ce soit sous forme d’inscription monumentale ou éphémère, ou encore de performance singulière, la forme poétique n’est pas dissociable du lieu et des acteurs qui la rendent possible, lisible, audible.

DSC_0423

DSC_0435
The Collective Fluxus Project, mars 2015, UPPA, Pau

Texte ayant fait l’objet de l’appel à communication pour le colloque

La poésie trouve au long des XXe et XXIe s. une inscription grandissante dans l’espace public, sous des formes anciennes et nouvelles dont l’inventaire et l’exploration systématiques méritent d’être entrepris. Cette visibilité croissante se situe à la croisée des arts ; elle est plus ou moins marquée selon les diverses aires culturelles et linguistiques. Ce phénomène multiforme engage une conception spécifique de la poéticité : il interroge les rapports entre le texte et la performance, renouvelle la notion d’auctorialité (acteurs individuels ou collectifs) et met en jeu des dispositifs liés à l’intermédialité. L’inscription poétique dans les espaces publics implique une autonomie que l’on pourrait qualifier de « poreuse » (Grabner-Wood).

À l’intérieur de ce domaine encore peu étudié mais potentiellement vaste, nous proposons de limiter le cadre de l’exploration à :

la notion de poésie au sens littéral, c’est-à-dire celle qui suppose une production langagière susceptible d’acquérir une dimension pérenne sous forme de texte ;
la conception d’un espace considéré comme public en ce qu’il concerne ce « qui n’est pas secret, qui a lieu, qui se passe devant plusieurs témoins », qui est « accessible, ouvert à tous; qui est à l’usage de tous » (TLF) ; mais aussi quand il implique une dimension physique d’accueil du corps (l’espace virtuel électronique ne sera pas pris en compte).

Dans le foisonnement des inscriptions poétiques dans l’espace public, trois axes peuvent être retenus pour orienter la réflexion : quelles formes ?, quels lieux ?, quelles pratiques signifiantes ?

La question des formes poétiques nous renvoie aux conditions et dispositifs d’énonciation et/ou inscription de la poésie dans l’espace public. Que ce soit sous forme d’inscription monumentale ou éphémère, ou encore de performance singulière, la forme poétique n’est pas dissociable du lieu et des acteurs qui la rendent possible, lisible, audible. Quelles formes prend-elle ? En rapport avec quelles traditions du passé ? Peut-on en étudier des traits spécifiques (comme les modalités d’interpellation du public, ou le rapport spécifique entre énonciation et corps) ? Y observe-t-on de nouveaux schèmes de lecture (implication du lecteur/spectateur et interaction, rythmiques de lecture, partage de l’expérience de lecture, rétention multisensorielle du poème, expérience émotionnelle collective) ? Et au niveau de la réception, quelles nouvelles interprétations cette matérialité du support et le dispositif d’énonciation appellent-elles ?
La question des lieux nous ouvre à une vaste typologie puisque le choix spatial et contextuel détermine le sens d’une énonciation ou inscription poétique. L’on s’interrogera sur l’impact de la poésie dans des espaces spécifiques (théâtres, salles de spectacle…) ou urbains de plein air (rue, place, parc), les (non-)lieux typiques de la modernité tardive (aéroport, grandes gares, métros, centres commerciaux), ainsi que dans la nature (land art). Et inversément, quel est l’effet de l’inscription dans l’espace (sous forme matérielle ou de performance) sur la poésie elle-même ?
Enfin, la question des pratiques signifiantes nous amènera à nous interroger sur la fonction critique et politique de cette poésie dans l’espace public (commémorative, de résistance, éducative, ludique ou esthétique, par ex.) liée à une réappropriation des espaces sociaux. Comment ces fonctions s’appuient-elles sur des répertoires existants, les réorganisent-elles, les resémantisent-elles ? Comment se croisent-elles dans des pratiques singulières (par exemple articulation entre poésie de circonstance et mise en valeur d’un patrimoine national, ou entre performance isolée et mémoire collective liée à l’identité d’une communauté menacée)?

Orientation bibliographique
Casas, Arturo (coord.). Poesía y espacio público: condiciones, intervención, efectos. Tropelías n°18 (2012). N° spécial.
Casas, A. – Bollig, B. eds. (2011): Resistance and Emancipation: Cultural and Poetic Practices. Oxford y Berna, Peter Lang, serie “Hispanic Studies”.
Danan Joseph, Entre théâtre et performance : la question du texte, Arles, Actes Sud, 2013
Franke, Astrid: Persue the illusion: problems of public poetry in America. Heidelberg: Winter, 2010.
Franssen Gaston, “De dood van de podiumdichter? Over voordrachtskunst en poezieperformance.” In: Spiegel der Letteren 50 (2), 2008
Goud, Marco: “Poezie op straat in de 20e en 21e eeuw in Nederland”, Neerlandistiek.nl, 0709b, 2007. (http://www.neerlandistiek.nl/publish/articles/000133/article.pdf)
Goud, Marco (2008). “De stad als tekstdrager. Poezie in de openbare ruimte in de twintigste en eenentwintigste eeuw.” In: Spiegel der Letteren 50 (2008) 2.
Gräbner, C. – Wood, D. M. J. eds. The Poetics of Resistance, número monográfico de Cosmos and History. The Journal of Natural and Social Philosophy, 6/2 (2010) http://www.cosmosandhistory.org/index.php/journal/issue/view/10
Guéry (Pierre), Poéstreet. Des marches de poésie urbaine, Maelström (Editions), 2012.
Hanna (Christophe), Nos dispositifs poétiques, Paris, Questions théoriques, 2010.
Lamy (Jonathan), “D’autres lieux pour la poésie. Lectures et interventions dans l’espace public”, dans Inter : art actuel, n° 114, printemps 2013, pp. 16-19, sur Erudit.
La caravane de la parole – Performance sonore / poésie / art action (+ DVD), 2009.
Littérature 2010/4, n°160, La littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre.
Leroux (Georges) et Ouellet (Pierre) (dir.), L’engagement de la parole. Politique du poème, Montréal, VLB éditeur, “Le Soi et l’autre”, 2005.
Petrucci, Armando, Public lettering. Script, power and culture. Chicago/London, 1993.
Rancière, Jacques, Le spectateur émancipé, Paris, La Fabrique, 2009.
The Urban Condition: Space, Community, and Self in the Contemporary Metropolis (010 Publishers, 1999) http://books.google.be/books?id=-vbTkMuU9NkC&redir_esc=y
Sugano, Marian Zwerling, The Poetics of the Occasion. Mallarmé and the Poetry of Circumstance. Stanford, 1992.
Vaessens, Thomas. Ongerijmd succes. Poezie in een onpoetische tijd. Nijmegen. 2006.

À propos de corinne melin

Docteure en esthétique et sciences de l’art, elle enseigne l’histoire et la théorie des arts contemporains à l'Ecole Nationale Supérieure d'Art de Limoges depuis la rentrée 2016. Elle est membre du Laboratoire du Geste fondé et dirigé par Mélanie Perrier et Barbara Formis. Elle mène une approche historique sur l’art participatif depuis les années 1950 et interroge le reenactment dans les pratiques artistiques contemporaines orientées numériques. Elle s’intéresse aux terrains communs existants entre plusieurs disciplines des Sciences Humaines et Sociales : la sociologie, la philosophie, l’art et le design. Elle a codirigé les trois premiers numéros de la revue annuelle de recherche de l’École Supérieure d’Art des Pyrénées — Pau-Tarbes "échappées". Elle a publié notamment en déc. 2014 : "Allan Kaprow, une traversée, éditions l'Harmattan ; "Ceci n’est pas un titre. les artistes et intitulation" éditions Fage Lyon, article "Art&Language : l'art de la re-description"...

Voir tous les articles de corinne melin

Les commentaires sont fermés.

galerieducaveaudesarts |
doyousurftrip? |
lsdfougeres |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'oiseau de passage
| AMIS DE BOUSAADA
| francksontot